Actualités

Nos mains ont la parole

Depuis février 2005 la langue des signes française - LSF - est reconnue comme une langue à part entière.

Cette langue est interdite dans l’enseignement après le congrès de Milan en 1882 au profit de la méthode orale qui devient exclusive.

Les conséquences sont désastreuses pour la vie quotidienne des sourds. Cette interdiction ne sera levée qu'en 1977 et il faudra attendre jusqu’en 2009 pour qu’elle soit proposée en option au baccalauréat.

Au lycée Saint Laurent, la langue des signes est enseignée dès la rentrée scolaire 2015 pour les élèves de seconde. La promotion du baccalauréat 2018 a connu un grand succès car sur plusieurs élèves ayant choisi l’option LSF, certains ont obtenu 20/20 à cette épreuve. La moyenne générale à cette option est aux alentours de 15/20.

Claire , actuellement en étude de commerce international continue à promouvoir cette langue qu’elle a découvert en seconde. Elle organise des ateliers d’initiation aux étudiants de son école durant cette crise sanitaire.

Léane, qui est en étude infirmière, a rencontré plusieurs patients sourds dans le cadre de ses stages. Elle nous dit : « J’ai été amenée à expliquer à cette patiente sourde les examens qu’elle devait faire… Son regard s'est illuminé dès que je lui ai dit bonjour. Je lui ai demandé de signer lentement et j’ai tout compris… J'étais fière de moi et la patiente était rassurée. J'ai donc décidé de faire mon mémoire de fin d’études sur le thème de la prise en charge des patients sourds dans le milieu hospitalier ».

Le port du masque obligatoire est un obstacle sans précédent pour les personnes sourdes et malentendantes : la lecture labiale ainsi que les expressions du visage rendent de nouveau difficile les échanges entre sourds et entendants.

Pendant le premier confinement, je suis venue en aide à un couple âgé sourd. Monsieur pratique la langue des signes ce qui n’est pas le cas de son épouse, qui a l’habitude de lire sur les lèvres.

Monsieur présentait tous les symptômes de la Covid19 et avait beaucoup du mal à s’exprimer, il était épuisé et très fiévreux. Madame me demandait sans cesse de baisser mon masque mais je refusais à contre cœur et la communication devenait très difficile même à l’écrit.

Après beaucoup d’insistance, l’homme a accepté d’être hospitalisé. Mais avant de monter dans l’ambulance il me fit part de son inquiétude en me signant « Avec les masques et l'absence d’interprète à l’hôpital, je vais faire comment ? ».

Le même scénario se répète les jours suivants dans les autres familles. Un matin, je me suis lancée dans la création d’un masque semi-transparent pour mon usage personnel. Ce masque a connu tout de suite un succès lors de mes interventions auprès des personnes sourdes.

Ces masques, homologués et connus sous le nom « Signes et Paroles », ont été cousus par l’association « GERMINALE » qui emploie des jeunes en insertion professionnelle.

Ces masques font partie de l’outil pédagogique pour les cours de langue des signes. Pour le reste de cet article, la parole est aux élèves…

Pourquoi apprendre à signer ?

  • « J’ai toujours rêvé d’apprendre cette langue »
  • « Je voudrais devenir orthophoniste et la langue des signes est un plus pour ce cursus »

Expriment Swann, Illiana ou encore Clarisse ….

Selon Quentin, Hugo et Salomé

  • « J’aimerais travailler avec des enfants sourds »
  • « Trop cool de pouvoir discuter sans faire de bruit »
  • « Je souhaite travailler dans le milieu social »

Pour Elsa « l’apprentissage de la LSF a pour but l'inclusion et le rapport à l’autre ». Quant à Thibault, la langue des signes est tout simplement une évidence :

« Je m’intéresse à la langue des signes depuis que je suis en primaire, plus précisément en CM2. Je vis dans une famille où mon oncle et mon grand-père sont atteints d’une maladie dégénérative de l’audition. Donc depuis tout petit, j’ai été sensibilisé sur le handicap et plus particulièrement sur les personnes atteintes de surdité. Quand mon oncle apprenait la langue des signes, j’ai commencé à m’y intéresser pour pouvoir communiquer avec lui. J’ai donc pris des cours de langue des signes française au collège.

Durant les trois années au lycée, les cours de LSF sont passionnants et captivants. Ils se démarquent par la façon d’apprendre ; que ce soit simplement en faisant des phrases avec du vocabulaire ou encore de façon ludique sous forme de jeux ou de chansignes, l’apprentissage devient alors plus facile.

Qu’apporte la LSF de plus dans votre quotidien ?

« Une ouverture d’esprit pour mon fils » écrit un parent d’élève lors d’un échange de mail.

« Elle me permet de me sensibiliser à la vie des personnes sourdes », « de faire travailler ma mémoire kinésique », « de communiquer avec mes amis malentendants signants » ou encore « La langue des signes française est assez proche de la langue des signes américain (American Sign Language) et nous permet de comprendre les discussions partagées sur les réseaux sociaux » témoignent les élèves.

L’ambiance de l’apprentissage ?

Les cours se déroulent en petit groupe, l’ambiance est « studieuse, agréable et bienveillance » et les exercices en groupe ainsi que les chansignes font partie des favoris pour les élèves « c’est la dernière heure de la journée mais on y va avec plaisir » selon Swann.

« L’ambiance générale du cours malgré les demi-jauges cette année est agréable et donne toujours envie d’y aller. Ce n’est donc jamais une contrainte de s’y rendre, bien au contraire » exprime Thibault.

Que retenez-vous au bout des 3 années d’apprentissage ?

Thimy très fier « J’ai discuté avec une personne sourde que j’ai rencontré lors d’un achat au magasin »

Arthur « Il m’est arrivé deux fois d’échanger avec des personnes sourdes ; la première fois lors d’un stage dans une collectivité territoriale à Toulon, avec une employée sourde, la deuxième fois, en accompagnant un ami à une pétition, j’ai pu expliquer la cause de cette pétition à des personnes sourdes qui passaient par hasard »

Alice « J’ai rencontré et interagit avec une intervenante sourde »

Elsa, Roxane, Léanne « C’est enrichissant », « De ces trois ans d’apprentissage, je ressors avec une meilleure connaissance de la culture sourde et une approche différente de certaines situations ».

« On apprend à s’exprimer différemment avec nos regards et les expressions de nos visages. Ce n’est pas évident pour nous les entendants mais en langue des signes, il le faut. Ces expressions du visage et la façon de s’exprimer corporellement sont comparable à notre voix pour exprimer nos sentiments »

Avez-vous des projets en rapport avec cette langue après le BAC ?

« Pas directement », « je compte continuer afin de me perfectionner et d’améliorer mon niveau », « je me dirige vers les études en médecine, la connaissance de la LSF sera donc utile pour la prise en charge des patients sourds », « On a un plus dans nos bagages », « J’aimerais bien réaliser un film avec les personnes sourdes »

Pour tous ces bacheliers, les trois années d’apprentissage se passent très rapidement mais tous ont un regard différent sur le handicap de la surdité.

« Avec cette crise sanitaire, on a vu beaucoup d’interprètes sur les chaînes de télévision ou des sous-titres. Si cela semble anecdotique, en cours de LSF nous voyons qu’il s’agit d’un changement majeur pour les personnes sourdes, une voie vers l’inclusion dans les débats actuels » conclut Arthur.

Thi-My GOSSELIN

Un grand Merci aux élèves qui ont participé à l’élaboration de cet article.

Agenda

  • 27
    09/2019
    Maternelle : Réunion de rentrée
  • 01
    09/2020
    Rentrée scolaire 2020
  • 03
    09/2020
    Sixièmes : Réunion de rentrée
  • 04
    09/2020
    Cinquième : Réunion de rentrée
  • 07
    09/2020
    Troisième : Réunion de rentrée
  • 08
    09/2020
    Secondes : Réunion de rentrée
  • 10
    09/2020
    Premières : Réunion de rentrée
  • 11
    09/2020
    Quatrième : Réunion de rentrée
  • 14
    09/2020
    Terminales : Réunion de rentrée
  • 15
    09/2020
    CP CE1 CE2 : Réunion de rentrée
  • 18
    09/2020
    CM1 CM2 : Réunion de rentrée
  • 22
    09/2020
    Maternelles : Réunion de rentrée
  • 28
    09/2020
    Assemblée Générale de l'APEL